Follow me:

Les traditions de Noël en Provence

À Marseille depuis 7 ans, j’aime les traditions provençales qui entourent Noël et au fil du temps je m’en suis approprié certaines pour la plus grande joie de mon mari 🙂 Ce mois de décembre qui coïncide avec le début de ce blog est le moment parfait pour vous proposer une petite revue des traditions et événements de la Provence à Noël, non ?
Pour la petite histoire, je suis arrivée à Marseille en octobre 2011, j’ai habité chez des amis pendant quelques semaines avant d’avoir mon appart (le premier !) au début du mois de décembre. Il y  faisait un froid de canard et je n’avais quasiment aucun meuble à ce moment-là (un lit, un canapé, un frigo et…voilà !) mais (ou du coup) un de mes premiers achats a été un sapin et quelques décorations de Noël. Un moyen de me réchauffer, à défaut d’avoir la chaleur efficace d’un bon radiateur ! C’est dans ce contexte que j’ai découvert les traditions marseillaises et provençales qui entourent Noël et se poursuivent jusqu’à l’épiphanie. Bien sûr j’en connaissais certaines (les santons notamment) mais plusieurs autres m’étaient inconnues. Finalement désormais, je prends beaucoup plus plaisir à la période de Noël maintenant que je mets moi-même en pratique ces traditions.

Les crèches et les santons

Les crèches et les santons sont des éléments culturels régionaux très importants. On les trouve dans les églises bien sûr mais ce sont également de grandes crèches animées qui sont mises en place dans les villes (en particulier à Aubagne et Allauch, toutes deux à l’est de Marseille) et qu’on se presse d’aller voir (chaque année les scénographies changent). Les crèches provençales sont bien plus larges que la scène de la nativité, c’est tout un village de Provence qui est reconstitué où chacun a sa place et son rôle (le menuisier, les mariés, le prêtre (!) Vincent qui est tombé dans le puits…) Les Provençaux sont-ils au courant que tout ça est un peu anachronique ? Et bien non tout ça est parfaitement normal puisque comme le dit la chanson Jésus est né en Provence ! 🙂
La crèche de l’église catholique d’Allauch
La crèche d’Aubagne sur la place du village, en vitrine
Lorsqu’une famille perpétue la tradition et installe une crèche chez elle, elle va au marché aux santons et choisit son santonnier. Une fois choisi c’est pour la vie ! Chaque santonnier a son style, sa griffe, impossible de mélanger des santons provenant de différents artisans. Le rituel se répète chaque année : on n’achète pas tous les santons d’un coup (cela perdrait tout son charme et anéantirait le porte-monnaie pour l’année à venir). En ce qui nous concerne, nous avons choisi un santonnier qui propose une alternative moderne avec des couleurs plus neutres et plus douces que les couleurs traditionnelles.

 Les santons aux couleurs provençales traditionnelles
Les santons que nous avons choisis

Le blé de la sainte-Barbe

En Provence, le 04 décembre jour de la sainte-Barbe (sainte Barbara) tous les foyers, écoles et commerçants font pousser leur blé, en principe dans trois coupelles qui représentent la trinité. Un peu de coton, des graines, de l’eau, c’est tout ce qu’il faut ! Si le blé pousse bien, cela promet prospérité pour l’année d’après. Dans le cas contraire…
On trouve du blé partout mais les boulangeries sont des valeurs sûres. Il est parfois offert, souvent payant (1€ le gros paquet) mais les recettes reviennent à une œuvre de charité.

Les coupelles font partie de la décoration de la table du réveillon pour ce qu’on appelle “le gros souper” et sont gardées jusqu’à l’épiphanie (normalement avec un minimum de soins, ça fonctionne !)

Cette année mon blé ne se décide pas à pousser… La prospérité en 2019 s’annonce mal !

Les treize desserts

Je ne sais pas dans quelle mesure c’est une tradition encore très ancrée concrètement dans les familles mais quand même ici quand on parle des treize desserts, les gens savent de quoi il s’agit. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les treize desserts ne sont pas une orgie de bûches et autres mets ultra sucrés. Ce sont des petites douceurs chargés en symbolique et qui à une époque je pense étaient des produits de luxe pour certains. Sans rentrer dans les détails des symboles justement qui sont fort nombreux et tous religieux, voici la liste des treize desserts qui peut varier en fonction des villes.
– la pompe à huile, une brioche à l’huile d’olive et à la fleur d’oranger
– des noix ou noisettes
– des amandes
– des figues sèches
– des raisins secs
– du nougat noir et du nougat blanc
– des oranges
– divers fruits (raisins, melon d’eau) qui traditionnellement étaient conservés dans les caves depuis leur récolte à la fin de l’été
Là où ça commence à varier :
– des calissons pour certains
– des oreillettes pour d’autres
– des croquants, de la pâte de coing, des fruits confits

Dans tous les cas, les treize desserts restent sur la table pendant 3 jours (selon la taille de la famille, mieux vaut prévoir les quantités si on veut respecter cette dernière tradition !). Le plaisir est évidemment d’acheter des produits de qualité qu’on trouvera sur les marchés de la région et de faire sa pompe soi-même.

Et vous quelles sont les traditions de votre région en cette période de fête?
Previous Post Next Post

Vous pourriez aimer...

2 Comments

  • Reply Unknown

    pour moi, merveilleuse idée de nous remettre en mémoire bien des traditions que j'ai oubliée.
    ici, en bourgogne, je fais ma propre crèche en terre dont je t'enverrai une phot quand elle sera terminée.
    je vous souhaite à tous les deux un heureux noël et vous embrasse très fort.
    tante agnès (et michel)

    14 décembre 2018 at 20 h 52 min
  • Reply Alexia - Voyages marseillais

    Je serais très contente de voir une photo de votre belle crèche ! Merci pour ton gentil commentaire. Je vous souhaite de belles fêtes à tous les deux. Grosses bises

    17 décembre 2018 at 15 h 53 min
  • Répondre à Alexia - Voyages marseillais Cancel Reply

    For spam filtering purposes, please copy the number 3516 to the field below: